Israel

Accueil
news
article
histoire d'Israel
forum


L'Historien israélien Théodore Katz était payé par l'OLP

Par Yaacov Krief
Le journal Yedihot Aharonot rapporte dans son édition du 01/09/2002 que Théodore Katz a reçu de la part de Feiçal Husseini (cadre supérieur de l'OLP, ancien chef de la maison de l'orient) 8000 dollars en liquide afin qu'il falsifie sa thèse sur le massacre de Tantura en 1948 pour laquelle il a reçu la mention très bien.
Katz est cet universitaire qui a publié un mémoire selon lequel Tsahal aurait perpétré un massacre de 250 personnes parmi la population arabe du village de Tantura (basse Galilée) en 1948. Les anciens soldats de la brigade accusée d'avoir commis le massacre ont porté plainte contre katz.
Cette affaire est une illustration de la polémique qui sévit actuellement en Israël.
Des "nouveaux historiens" universitaires, tous d'extrême gauche, tentent de détruire les fondements de la création de l'Etat en salissant son passé et en accusant l'Etat juif d'avoir commis un "péché originel". L'enjeu est de taille: si de tels massacres ont été commis, la légitimité des israéliens sur une partie du pays serait mise en question.
Pas étonnant donc que les plus virulents adversaires de l'Etat d'Israël se soient accaparé le dossier et ont réussi à émouvoir le monde entier.
Ainsi, Le 6 Juin dernier le Monde, comme à son habitude, par forum interposé publiait un article* d'Ilan Pappé historien, professeur à l'université de Haïfa, patron de Katz, prenant la défense de l'historien. Cet article mêle à cette affaire plusieurs sous-entendus sur les procédés prétendument "staliniens" du gouvernement Sharon.
Le fait que le groupe de nouveaux historiens, soit très engagé à gauche politiquement, et soutenant les réservistes qui refusent de servir dans les territoires n'interpelle nullement le quotidien français qui se délecte des accusations de katz.
Il semble donc aujourd'hui prouvé, que ces historiens soient manipulés par l'autorité palestinienne qui finance ces travaux.
Cette révélation pourrait expliquer pourquoi Katz avait accepté devant la cours de justice israélienne un compromis lui imposant de publier dans la presse un large article démentant sa propre thèse et retirant les accusations qu'il avait porté sur Tsahal. Le lendemain, Katz se rétractait prétextant qu'il avait accepté "sans réfléchir".
Bizarre pour un si brillant universitaire...


Le sermon du vendredi 12 juillet à la Mecque relayé en direct par satellite sur la chaîne gouvernementale : « Oh Allah, détruis les Juifs tyranniques car ils grignotent ton pouvoir… »

Après une pause d'une semaine, la télévision d'État saoudienne a recommencé à diffuser ses prêches hebdomadaires appelant au meurtre des Juifs et au soutien des martyrs. Dans leur version anglaise diffusée par satellite arrosant le monde entier, ces sermons incluent aussi les autres non croyants, comme par exemple les chrétiens. On ignore si le Président Bush, qui en tant que chrétien croyant est aussi un " infidèle " aux yeux des Saoudiens, est traité comme une exception dans ces appels à la défaite des infidèles.

L'extrait suivant est une traduction par le FBIS, service officiel américain, d'une diffusion du vendredi 12 juillet 2002.
Le Royaume de Riad TV1, la chaîne en arabe d'Arabie Saoudite, station de télévision officielle du gouvernement saoudien, a diffusé, à 9h39 heure de Greenwich, un sermon de 24 minutes en direct de la mosquée sainte de La Mecque.
Le Cheik Usamah Ben-Abdallah Khayyat fait le sermon… En conclusion l'imam prie Dieu : " Oh ! Allah, renforce l'Islam et les musulmans ; protège l'Islam ; détruis les ennemis de l'Islam, les tyrans et le corrompu ; rassemble les rangs des musulmans et guide les pas de leurs chefs. " Il continue : " Oh ! Allah, donne du soutien aux martyrs au nom de ta religion, partout. Oh ! Allah, soutiens-les et donne-leur la victoire. Oh ! Allah, détruis les juifs tyranniques. Oh ! Allah, occupe-toi des Juifs et de leurs supporters. Oh ! Allah, détruis-les car ils grignotent ton pouvoir ".
Le Royaume de Riad TV2, la chaîne en arabe d'Arabie Saoudite, station officielle du gouvernement saoudien, a diffusé elle, à 9h37 heure de Greenwich, un sermon de 23 minutes en direct de la mosquée sainte de Médine.
Le Cheik Abd-al-Bari al-thubayti fait son sermon… Pour conclure, l'imam prie Dieu : " Oh ! Allah, renforce l'Islam et les musulmans, détruis les incroyants, tes ennemis, les ennemis de l'islam. Oh ! Allah, protège les musulmans en Palestine, au Cachemire, en Afghanistan et en Tchétchénie. Oh ! Allah, aide les martyrs à élever ta parole partout, renforce-les et unifie leurs rangs. »


Dans quelle condition a ete redigée la declaration d'independence de l'etat d'israel?
reponse:

La déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël (la consulter?)


Depuis le 29 novembre 1947 , des Arabes palestiniens aidés par des volontaires arabes venus des pays voisins, soumettent la population juive de Palestine à des attaques sanglantes. Au début de cette guerilla, la population juive, mal armée et mal organisée, est sur la défensive. Elle subit de nombreuses pertes. Les routes menant vers les villages juifs au nord, en Galilée, et au sud, dans le Néguev, sont coupées du reste du pays ; des quartiers juifs de villes mixtes comme Safed et Tibériade sont encerclés et, surtout, la ville de Jérusalem est assiégée, bombardée et affamée. Peu à peu, la défense s'organise. Les contre-attaques des forces de défense juives dégagent les villages et quartiers encerclés. Un mouvements de panique gagne la population arabe qui commence à s'enfuir. A l'approche du 15 mai 1948, date prévue pour l'évacuation de la Palestine par les Britanniques, les pays arabes de la région déclarent leur intention de l'envahir. Les dirigeants juifs craignent que les forces de défense juives ne soient pas de taille à résister à une invasion des forces armées régulières. Certains pensent même qu'il faut retarder la date de la Déclaration de l'Indépendance. D'autres, comme David Ben Gourion, sont persuadés qu'on ne peut plus reculer, que la conjoncture internationale est provisoirement favorable puisque États-Unis et Union soviétique appuient tous deux la création de l'état juif, et que cette conjoncture ne durera pas. Le débat interne est sévère et Ben Gourion, en leader historique, finit par l'emporter. Le texte de la proclamation est rédigé par plusieurs responsables pour s'assurer qu'elle reflète correctement l'histoire, les sensibilités, les arguments, les intentions et les engagements du nouvel état.
Et le 14 mai 1948, David Ben Gourion lit la Déclaration de l'Indépendance de l'État d'Israël à Tel Aviv (Jérusalem est encerclée), devant les membres du Conseil provisoire de l'État.
Elle commence par rappeler les liens historiques du peuple juif avec la terre d'Israël ( naissance du peuple juif), la fidélité du peuple en exil à sa terre (Halevi) et le début du sionisme et ses réalisations. Elle rappelle la reconnaissance internationale du droit des juifs à leur terre par la Déclaration Balfour, la décision de la Société des Nations et la toute récente décision des Nations unies en 1947 (résolution 181). La Déclaration rappelle la souffrance des juifs pendant la Shoah et assure que le pays sera ouvert à tous les juifs qui désireront s'y installer. Elle lance un appel à la paix aux habitants arabes du nouvel état, leur promettant une pleine égalité, et lance un appel à la paix et à la coopération aux pays arabes.
Ces appels ne sont pas entendus. Les pays arabes envahissent l'état d'Israël dès l'annonce de sa création, estimant qu'il doit être rayé de la carte dès sa naissance.


Ce qui se passe vraiment en Israël.


par Alex Safian, The Wall Street Journal.- 12 juillet 2001

Pourquoi le processus de paix au Moyen-Orient a-t-il dégénéré en une guerre non-déclarée et les bombardiers suicides palestiniens visant les Israéliens, tandis qu'Israël, apparemment, se complait dans des représailles sans précédant ?

Il est certain que le Leader palestinien, Yasser Arafat, porte une partie du blâme pour une telle situation, lui qui a sans cesse violé les accords avec Israël, ignorant ses obligations face à ces accords concernant le démantèlement des "ailes militaires" terroristes du Hamas et du Jihad islamique, conduisant à des effusions de sang qui n'ont de cesse depuis des mois.

Cependant, ces faits, vous ne pouvez en être informés si ne recevez vos informations que par les média de l'Ouest. Pendant les huit années qu'ont duré les procédure d'Oslo, la BBC, CNN, le New York Times et d'autres sources d'informations médiatiques "prestigieuses" ont régulièrement minimisé, même ignoré à la fois les graves violations des Accords d'Oslo par M. Arafat, reportant ces obligations sur Israël, seulement. Rarement, en ont-ils tenu M. Arafat tout autant responsable vis-à-vis l'application de ces accords.

Cette vision unilatérale est particulièrement remarquable à la BBC. On retrouve un exemple de cette attitude lors d'un interview de Claire Bolderson, du 12 décembre, avec le militant palestinien pour les Droits de la Personne, Bassem Eid, Elle a paru indignée lorsque M. Eid a soutenu que les Palestiniens devaient cesser leurs attaques armées contre Israël.

"Le peuple palestinien se dresse contre l'Occupation israélienne, contre la brutalité des Israéliens, dit-elle. Soutenez-vous que les Palestiniens ne devraient pas réagir ? Qu'ils devraient rester complètement calme et se tenir tranquilles ?

M Eid répliqua que les attaques palestiniennes vont à l'encontre des solutions recherchées et ne réussissent qu'à provoquer des représailles de la part D'Israël. Il fit aussi remarquer que les Palestiniens avaient signé une entente avec Israël destinée à mettre fin au conflit.., (par) des pourparlers de paix et de processus de paix plutôt que par des attaques armées.

Mme Bolderson continua dans sa lancée, allant jusqu'à sermonner M Eid : N'y voyez-vous pas là une insurrection spontanée de la part d'un peuple frustré par ces procédures, frustrée du fait de leur stagnation ? Soutenez-vous qu'il devrait ignorer cette frustration et de ne pas la manifester ouvertement dans la rue ?

Comme Mme Bolderson et ses collègues habituellement ignorent que le recours de Palestiniens à la violence est une grave violation aux Accords d'Oslo, rien ne les retient, lorsque l'occasion se présente, d'accuser Israël de violation des Accords.

Ainsi, le 23 mai dernier, après un cessez-le-feu unilatéral d'Israël, Tom Hagler de la BBC, lors d'un interview avec un diplomate israélien qui soutenant l'importance d'un arrêt de la violence palestinienne, M. Hagler lui répondit que le cessez-le-feu israélien n'était certainement pas un geste de bonne volonté parce que les " les 17 incursions israéliennes dans les régions autonomes palestiniennes, pendant une dizaine de jours &Mac183; étaient une violation des Accords d'Oslo de 1993".

En fait, les incursions israéliennes ne sont pas en violation avec les ententes d'Oslo II, parce que même en territoire autonome palestinien, Israël conserve "la responsabilité&Mac183; en ce qui concerne l'ensemble de la sécurité israélienne quant à leur sécurité interne et la paix publique.

Mais il n'y a pas que les journalistes britanniques qui ont rejoint la brigade journalistique de M. Arafat. Ricardo Christiano, chef de la Radio d'État italienne (RAI) l'exprime clairement dans une lettre aux autorités palestiniennes, en octobre dernier. Lorsque deux réservistes israéliens furent lynchés par une foule palestinienne pendant Ramallah, la plupart des journalistes présents virent leur équipement photographique et leurs films confisqués. Mais une équipe d'une station privée italienne purent s'en sortir avec une cassette vidéo dont les images firent le tour du monde.

M. Christiano tint à informer les autorités palestiniennes que, contrairement à la rumeur, son réseau n'était pas impliqué dans la diffusion de ces images. Mais, malheureusement pour lui, cette lettre se retrouva dans les journaux palestiniens. En voici le texte :

"Mes chers amis de Palestine, Nous vous félicitons et nous pensons qu'il est de notre devoir de vous expliquer ce qu'il arriva, le 12 octobre, pendant Ramallah. Une chaîne privée italienne, en compétition avec la nôtre, a filmé l'événement. Peu après, les images furent diffusées à la télévision israélienne, donnant l'impression au public que ces images avaient été prises par nous. Nous insistons sur le fait que ce n'est ainsi que cela s'est passé. Parce que nous respectons toujours les règles journalistiques établies par les autorités palestiniennes, concernant les travail des journalistes en Palestine. Nous vous remercions de votre confiance et vous pouvez-être assurés que ce n'est pas notre façon de procéder et que ça ne le sera jamais. S"il vous plait, acceptez notre soutien."

En langage clair, respecter ces règles signifie ignorer tout ce qui pourrait irriter M. Arafat et ne rapporter que ce qui pourrait lui faire plaisir.

À divers degrés et à quelques exceptions près, c'est exactement ce que M. Christiano et ses collègues ont fait. Cet endoctrinement dans la haine et la violence contre Israël est chose courante dans les média palestiniens et en général ignoré à l'Ouest. Cette situation n'est pas seulement réservée aux Européens, les Américains n'en sont nullement exempts.

Peu de temps après le lynchage durant Ramallah, par exemple, le Times rapporta les allégations d'Israël concernant l'incitation à la violence faite par les Palestiniens. Mais plutôt que faire état des propos haineux diffusés par la radio palestinienne, le Times préféra les ignorer. Cependant, en tant que reporter, William Orme rapporta les événements du 24 octobre : "les Israéliens considèrent comme un exemple manifeste d'un sermon télévisé, soutenant l'assassinat des deux soldats. Soit le Likud ou soit le parti Travailliste, les Juifs sont Juifs !, proclament le Sheik Ahmad Abu Halabaya lors d'un émission en direct d'une mosquée de Gaza, le lendemain de l'assassinat "

Le Times cache à ses lecteurs le point majeur du sermon : un appel à la destruction de tous les juifs : Il faut être sans merci pour les Juifs, où qu'ils soient, dans n'importe quel pays. Combattez-les, où que vous soyez. Tuez les Juifs et ces Américains qui les appuient.

Cette tendance à voiler la violence et l'hostilité arabe est souvent accompagnée d'un semblable effort trompeur pour dépeindre Israël comme une superpuissance impérialiste, fixée sur la domination sur les calmes régimes arabes qui ne recherchent qu'une juste paix. Il est évident qu'il ne s'agit pas seulement d'un camouflage médiatique des procédures d'Oslo, mais aussi généralement, d'un camouflage du conflit israélo-arabe.

Le 19 mai, lors d'un interview avec un fonctionnaire israélien, par exemple, un présentateur de CNN-International, Jim Clancy, affirma : Un des point les plus frappants, et ce que les Palestiniens soutiendraient, est que, lorsque vous considérez les réfugiés à l"extérieur des frontières, Israël se forma à partir d'un nettoyage ethnique.

Cette charge est évidemment marquée au sceau de la propagande palestinienne. Cela voulait dire, en réalité, que les Arabes s'étaient débarrassés éthiquement de leurs Juifs durant les années 40 et 50 et avaient, aussi à plusieurs reprises, essayé de rayer Israël de la surface du monde et pas l'inverse. Ceci est ignoré dans ce que CNN conçoit comme le miroir du monde.

Tonnerre et bombardement.

Même avant ces récentes violences, l'accusation de "nettoyage ethnique" devenait monnaie courante dans d'autres salles de rédaction. À titre d'exemple. Lors du cinquantième anniversaire d'Israël, Charles Sennot du Boston Globe écrivit qu'une réfugiée palestiniennes avait été chassée de son village, le 15 mai, 1948, le premier jour de la guerre. Elle décrivit sa fuite en état de panique lorsqu'elle vit les tanks israéliens s'approcher. Enceinte de 9 mois, ses cris, couverts par le bruit des bombardements, elle accoucha d'un bébé en plein champs.

Une histoire à vous fendre le c&Mac254;ur, s'il n'était que ce jour là, et pour des semaines à venir, Israël n'avait ni tanks ni la plus petite et précieuse artillerie à son actif.

En effet, sur le territoire en question, c'est l'armée égyptienne qui attaquai, soutenu par l'artillerie et les tanks Crusaders, made in England. Plusieurs communautés israéliennes furent envahies après de futiles tentatives de résistance aux attaques avec un armement léger et des cocktails Molotov.

Pour M. Sennott et ses collègues de la BBC, de la CNN et d'ailleurs, partageant les mêmes opinions, l'idée que les Palestiniens soient les victimes et que les Israéliens, les bourreaux, est une idée préconçue. En ignorant l'histoire, en ignorant le contenu des Accords d'Oslo, en ignorant beaucoup de ce qui se passe juste devant leurs yeux, ils nourrissent l'intransigeance de M. Arafat. N'admettront-il jamais combien ils ont contribué au actuels bains de sang ?

© Alex Safian, The Wall Street Journal, Europe, July 12, 2001.

Traduction française: Claude Salvaille

music
image
lien
texte officiel
humour juif
contact